Agence hajj de Gironde

Pèlerins Bordeaux la Mecque agence hajj

Boutique de la Fédération Musulmane de la grande mosquée de Bordeaux et Cenon. Des superettes de rite et autres services à fortes valeur ajoutées. Ce type de hanoutes ont une rentabilité de 99,99%, c'est la raison de leurs éclosions un peut partout dans le commerce de la foi en islam. C'est l'économie du future, du point de vue business plan, nul besoin évolution, et c'est la raison qui fait que ce métier prends de plus en plus d'ampleur en Europe, et en particulier dans l'hexagone. La seule chose à déplorer, est que ce n'est pas encore coté en bourse. La mosquée est une niche fiscale prometteuse et rentable à vie, tant qu’il y aura des musulmans avec l'agence du hajj et autres services immatériels (vendre de l'immatériel est le rêve de tout entrepreneur avérti). Quand bien même que l’islam n’a pas bonne presse, il est très attractif du point de vue économique. Un retour sur investissements à court terme, rapide et confortable pour ceux qui osent se lancer dans l'islam commercial de la foi musulmane. Que les potentiels investisseurs se rassurent, le retour de Jésus pour chasser les marchands du temple n’est pas à l’ordre du jour. Agence hajj voyage mecque en Gironde, conversion islam mosquée de Bordeaux et quelques services annexes,

Les tarifs des conversions à la foi musulmane s'élèvent à 100 € pour frais de dossier. C’est un premier test, si le converti n'est pas capable de payer 100 € pour son emulation, l'association n'a pas besoin d'indigents et encore moins de pauvre ! Dans ce cas, éconduire poliment le gueux sans oublier de lui conseiller de s'en remettre à Dieu, ensuite de revenir à la S.A.R.L FMG (association de la mosque Bordeaux) avec les 100 €. A ce propos nous conseillons aux bordelais et bordelaises qui souhaitent se convertir de se dépêcher à le faire tant que les tarifs sont abordables, et le statut social n'est pas encore exigé. Sinon la conversion deviendra une galère, comme chercher un appartement.

Le texte ci dessus fuit écri en 2011 - Aujourd'hui 12 - 2016 la conversion à l'islam sur Bordeaux doit être gratuite, dépechez vous ! Augmentation prévue pour 2017

Mélange des genres et conflits d'interêts commerce & religion

Gestion : Attention à ne pas êtres impétueux et gourmands dès le départ, (mangez et buvez sans exces). Faites des économies pour ériger de plus grandes mosquées (attention, grandes ne veut pas dire visibles), car les terrains sont trop chères. Ne soyez pas obliger d’être en situation à quémander des terrains auprès des communautés urbaines pour 1 € symbolique. Agissez en responsables, comme de vrais chefs d’entreprises, au lieu de mettre dans l’embarras les décideurs locaux.

Il faut comprendre que l’islam n’a pas bonne presse, et ce malgré, la bonne volonté des uns et des autres. Evitez d’appauvrir l’association à des fins personnelles dès le début, soyez patients. La meilleur, est que les cotisants non aucun droit, ceux à qui vous prelevez chaque mois de l'argent, non seuleument ils ne font pas partie de l'assemblée générale et encore moins du conseil d'administration, mais en plus ils n'ont même pas le statut de sympathisants. Ne les qualifer surtout pas d'assemblée générale, donnez leur plutot le qualificatif de de frères, le mot "fraternité" inspire toujours la confiance. Ce n'est pas magnifique ca ! Soyez légalistes, si dès le départ votre affaire est juridiquement bien ficelée, c'est le jackpot et les voyages depuis la mosquée de Bordeaux pour un hajj imam pelerins de la Mecque.

Dans un monde ou le libre commerce est roi, ou la loi du marché règne, il ne faut plus voir le musulman comme un croyant mais comme un client potentiel dans un locale dédié au culte du commerce de la foi, ou mieux, dans un supermarché des rites musulmans. L'édifice de la future grande mosquée de Bordeaux s’inscrit dans cette logique, car plus l’édifice est grand, plus les bénéfices sont conséquents. La rentabilité est directement proportionnelle à la taille de l'édifice, et inversement proportionnelle à la fréquentation de cette dernière. Il convient donc d’attirer les musulmans, surtout les vieux, ceux qui sont susceptibles de faire un pèlerinage, et quelques omra hajj.

L'astuce lors de la création de l'association

Important : Veillez à prendre soin lors de la constitution de votre association, à mettre une clause de réserve dans les statuts juridiques pour ne jamais être mis en minorité. L’association devrait être fermée au suffrage des fidèles cotisants (Euhh pardon, ne jamais apeller ce genre de subside cotisations, toujours employé le mot donations), sans omettre de spécifier que l'argent de l'omône est détiné à Dieu lui même. Faites en sorte qu’ils n’aient aucun droit de citer dans les décisions, on ne sait jamais. Insistez sur le fait que vous êtes là pour leurs montré le chemin du paradis grâce notament à la mosquée de Bordeaux.

Que vous vous occupez des affaires de ce bas monde pour leurs intérêts dans l’autre monde. Rassurez vous, ils vous croiront, ils ont tellement confiance dans leurs prochains. Sans oublier de mettre de la conviction dans vos propos, en n’hésitant pas de prendre Dieu et le prophète à témoin en ajoutant l'UOIF  si nécessaire. A ce propos, ne dites jamais UOIF, dites (atihad) mot arabe qui signifie union. Cela fait mieux que UOIF, "Atihad" dénote une connotation unioniste, cela rappelle le symbole du califat. Mine de rien ce genre de petits détails sont important. l’UOIF sera votre protecteur dans ce bas monde.

Toutefois certaines petites mosquées, Cenon par exemple s’avéreront êtres plus rentables en termes de niches économiques que les grands édifices, dû essentiellement à la constance des fidèles qui fréquentent assidûment ce type de salles. Les gérants d’associations musulmanes se frottent les mains, car les gains engrangés sont nets d’impôts. 99% des sommes changeant de mains sont en espèces, inévitablement l’argent récolté échappe à tout contrôle. Que vous n’auriez même pas le temps de transcrire en comptabilité, que la moitié aurait déjà pris la poudre d’escampette. D'ailleur vous n'avez même pas besoin de comptabilité, puisque les associations ne payent pas d'impôt, aucun risque de contrôle fiscale.

Astuces fiscales dans le commerce de la foi

A ne pas s’y tromper cela vaut vraiment la peine de s’y atteler, des plus values à partir de 500.000 € annuel rien qu’avec les pèlerins de la mosquée Cenon Bordeaux et ses environs, et sans frais ni charge sociale parce que tout le monde est bénévole, sauf vous, le staff et les imams. Cerise sur le  gâteau, les revenus échappent à l'impôt sur les entreprises.

Pourquoi les sommes échappent elles à l’administration fiscale ?
C’est là qu’intervient la véritable astuce, cela permettra d’abriter une véritable entreprise de prestation de service de pèlerinage dans votre structure associative. C'est comme si vous aviez une entreprise de tourisme, les prestations fournies aux pèlerins au nom de l’association n’existent pas dans les faits, de ce fait n’entrent pas dans la législation sur les entreprises. C'est comme s'il s'agit d'"une association carritative qui emmenne des enfants en colonie de vacance. Ce qui implique que la plus value dégagée par l’entreprise virtuelle des pèlerinages et autres services rituels sont net d'impôt. Ajouter a cela que toutes les transactions sont basées sur la confiance qu’entretiennent les prélats avec les fidèles. Toutes les transactions se font en numéraires (espèces pas de chèque) par l'agence de voyage imamienne ambulante, ce qui facilite une certaine souplesse entre margoulins des associations culturelles musulmanes.

Gironde Pessac Mérignac Talence CUB

Pourquoi ne pas séparer l’entreprise de prestation de voyage pèlerinages de l’association à Bordeaux 2016 ?
Par définition, entre les affaires commerciales d'une part et le culte voué exclusivement à Dieu d'autre part ne font pas bon ménage. Peut être, mais quand il s’agit de busines l’être humain à une forte propension à relativiser la morale, de toutes façons les fidèles n’y voient  que du feu. On ne pourra pas séparer, par ce que le  vivier par excellence en fidèles pèlerins de l’imam caché se trouve dans les salles de prières à la mosquée de Bordeaux et de Cenon.

De ce fait, vous avez une position privilégiée par rapport à la concurence, car vous êtes en contact constant avec le client, d'autant plus qu'il ne s'agit pas de n'importe quel commerce, ici, il est question de félicité éternelle. Vous devez faire partie du sérail pour le succès de l’entreprise, c’est  au beau milieu du vivier que vous êtes un poisson dans l’eau, le rêve de tout commercial qui se respecte. Par analogie c’est comme si le curé d’une paroisse vous incite à brûler beaucoup de cierges pour votre absolution  au lieu de mettre l’argent dans le tronc. Par ce que le curé se trouve être propriétaire de la fabrique des bougies, tandis que le tronc appartient à l’église. Sauf que dans ce cas précis, la fabrique de bougie paye ses  impôts.

Sauver par la religion.

Rassurez vous, en cas de problème, jamais un fidèle client n’ira se plaindre du prix du paradis. D’ailleurs il ne viendrait jamais à l’idée d’un musulman sincère de penser à ce qu’une institution religieuse, et à fortiori  le prélat de la mosquée, (qui selon le fidel, détient les clefs du paradis), puisse être commerçant de la foi. Qui croira que la foi se vends ? les aveugles ? Dans ce cas endosser l'habit du roi borgne. Très très rares ceux qui osent franchir le pas vers une procédure judiciaire s’ils sont victimes d’eux mêmes. Crainte du courroux de Dieu, le prélat discret et caché est déjà  passé par là pour dissuader le fidèle de toute velléité. D’où l’utilité de plusieurs prélats avec des qualificatifs précédés ou suivit de différends adjectifs, grand, vice etc. (Grand machin, vice prélat, le ponte suppléant, apprentis prélat à se prélasser). En tout état de cause, en cas de problèmes, le meilleur moyen de vous cachez, c'est de le faire derrière le coran et surtout les hadith ! C'est pas beau ça ? même la religion viendra momentanément à votre secours, pour vous donner un peut de répit, dans ce bas monde fait de jeux et de divertissements.

Assurément l’argent coulera à flot via d’autres postes de revenus, par le biais des subventions des pays arabes, et des donations de richissimes musulmans à travers le monde. Tout l’argent récolté en périphérie  de l’association devra se faire au nom des musulmans de cette même association. En revanche, pour le fonctionnement de l’association, il convient de solliciter la générosité des fidèles fréquentant la salle prière de Bordeaux Cenon pour les frais, les payes des salariés ainsi que les charges sociales inhérentes à la bonne marche de l’édifice. Faire attention à ne jamais apeller cela des cotisations, rapellez vous, les fidèles n'ont aucun droit de regard sur la gestion. Pour s’abreuver en €uros, le staff de l’association n’a en réalité pas besoin des donations des fidèles, mais il faut faire semblant d’être pauvre, quand bien même que l’exercice de l’année  est excédentaire, toujours solliciter la générosité, faire semblant d’être pauvre, c'est très important, car la pauvreté inspire la compassion des honette gens.

Il faut comprendre ici que la participation financière des fidèles n’est que l’arbre qui cache la forêt. En d’autres termes ce sont les fidèles qui payent les frais de fonctionnement de la structure y compris les salaires imamiens. Mais les vrais bénéfices proviennent de (donation, pèlerinage, hajj par procuration, lavages mortuaires, désenvoûtement, roqya, donation directe aux imams etc.) engrangés par la structure associative ne sont pas destinés au fonctionnement de la salle de prière Bordeaux. Ils sont distribuées  comme dividendes aux membres permanents historiques de l’association (en sus de leurs salaires) et en espèces. Ensuite, probablement déposés dans des comptes à l’étranger, ou conservés tels quels en espèces (toujours  à l’étranger). Les sommes ainsi acquises sont en générale, pour une grande partie transformer en biens immobiliers à l’étranger et pour une infime partie sur place. C.U.B de Gironde Cenon Pessac Mérignac Talence

Donations en islam hajj 33.

N'hésitez pas à faire appel à la générosité des fidèles en annonçant fréquemment le déficit de la salle de prière Bordeaux. Faites circuler le fait que celle ci ne tient que grâce aux bénévoles qui, dans les faits n’ont de bénévole que le nom, en attendant le versement des prochains dividendes. Il convient toutefois à souvent relater le déficit, c’est très important, pour ne pas mettre la puce à l’oreille des clients fidèles. Il faut bien comprendre que dans de telles entreprises, il n’y a pas de denrées à vendre, donc pas de risque de marchandises périssables (sauf les fidèles qui dépérissent avec le temps) mais elhamdoulilah ils se renouvelles. Dans une mosquée on ne fabrique rien, on achète rien. Même une entreprise normale de prestations de services aura besoin de déployer de la main d’œuvre et de l’intelligence pour vivre. Dans notre cas, inutile que tout cela, en islam commercial vous avez juste besoin d'une salle de prière, des tapis au sol, un orateur adroit et c'est parti !

Concept.

Il suffit de vendre un concept, des textes religieux dont le prix est laissé à la discretion du fidel. Ici il ne s’agit pas de vendre un produit matériel, par exemple un livre ou sont gravés des textes. Il s’agit simplement de vendre un produit immatériel, de distiller des prêches orientés pèlerinage, des invitations  à la générosité en s’appuyant, bien entendu, sur une abondance de hadiths. Evitez de faire référence au coran en ce qui concerne le pèlerinage. Certes, le pèlerinage est un devoir prescrit, mais l’allusion à celui-ci  n’est pas aussi abondante que dans les hadiths. Sinon vous risquez de sortir certains versets de leurs contextes, enfin tout dépends de l’assimilation de ceux qui écoutent. Comme dans toute assemblée, avec un orateur adroit, ils  y’en a qui gobent des mouches, et c'est noramal, par ce que les oreilles sont fermés et la bouche ouverte à Bordeaux et Cenon.

Technique commerciale des imams professionnels

Il faut savoir que les arguments du prélat dans la mosquée ont un certain impact, certains mots exercent un attrait sur l’assemblée, d’autant plus que les mots sont incompréhensibles par le commun des mortels. C’est un peut comme une  messe récitée en latin de nos jours. En dehors des revenus précédemment cités, le poste des revenus le plus rentable est basé sur le pèlerinage des fidèles de la mosquée de Bordeaux Cenon voyage hajj à La Mecque. Au moins une fois dans  leurs vies les musulmans doivent s’acquitter de cette obligation religieuse (si leurs moyens financiers le leurs permettent), car cet acte de foi fait partie des cinq piliers de l’islam dans le canon musulman. Cela génère des revenus non négligeables, si l'organisation est bien huilée. Avec un voyagiste (agence hajj 2016 de voyage), connaître quelques hôteliers dans la ville sainte de La Mecque, un petit staff pour gérer le voyage les prélats comme clefs de voûte du système comme de bien entendu. conversion à l'islam Cenon

Arnaques aux pèlerins

Cenon attention aux arnaques pèlerinage, certaines mosquées Cenon sarl n'y vont pas de main morte pour se renflouer sur le dos des fidèles musulmans. Rétablir leurs situations financières, après en avoir délapidé l'argent. Cherchant à se procurer des fonds via un système efficace d'arnaque au pèlerinage à la Mecque. Faites des recherches sur internet, en 2011 le prix moyen du pèlerinage à la Mecque s'élevait à 3000 € tous compris. Comparaison faites entre les grandes villes telles que Berlin, Londre, Paris Rabat et Alger. Tandis qu'a la sarl mosquée de Bordeaux ce prix s'est élevé à 4400 € par fidèle. En Gironde, dans la même ville; Bordeaux et la commune de cenon, les musulmans turques se sont acquités de 3000 € pour un pèlerinage sans accrocs et en beneficiants des mêmes services que leurs coreligionnaires maghrébins. La gourmandise des potentas de l'islam bordelais et cenonais est sans commune mesure avec d'autres préstatires de services des pèlerins, par ce que à la mosquée de Bordeaux Cenon, ils sont plusieurs à se partager la plus value. hajj.