Mendiants des mosquées

Mendicité professionnelle en islam, vertu des imams notables religieux

mendiants en islam

Nous avons tendance à penser que les mendiants professionnels se trouvent devant ou aux abords des mosquées. On en oublie que les vrais mendiants sont ceux qui y travaillent en squattant les minbars des ediffices religieux. En rélatié la majorité des résponsables d'édiffices du culte musulmans sont riches et ne souffrent d'aucune necessité. Ils vivent de la charité en islam, et de dons des croyants aux âmes compatissantes. 

Les nouveaux donataires de la charité ne sont pas guenilleux, bien souvent vetus d'une abaya sur mesure ou costume cravatte, selon qu'ils sont à l'intérieur de la mosquée à pérorer ou en dehors. Pour en arriver à ce stade il faut être habile, un peut de baratin et sophiste, surtout adroit du bagout pour faire partie du sérail des métiers de religieux dans les rites de la foi musulmane. 

Premièrement, avoir un locale pour travailler, de préférence à proximité d'un marché, mais comment y arriver lorsque l'on est fauché ? Tout simplement en commencant par faire la manche dans les mosquées pour se faire payer un ediffice religieux, ou une petite superette. Celà donne déjà un avant gout pour le détournement de la charité, sans compter que l'on s'affine dans l'excercice de la mendicité professionnelle, une forme d'apprentissage, c'est le métier qui rentre ! Vous verrez il rentrera de gréer ou de force, les musulmans sont tellement facile à duper quand il s'agit de religion.

Il va de soit que solliciter la générosité des musulmans pour construire, acheter ou même louer un locale pour y excercer son culte n'a rien d'interdit, et ce; juridiquement ou moralement. Cela n'a rien de prohibé, à condition que l'intention soit honorable, probablement qu'elle l'est au départ. C'est après que cela se corse, la vue de l'argent des mosquées, celui que mettent les fidèles dans les troncs pour le necessiteux. A ceci près que le détournement d'argent changent les intentions en cours de route et devient ainsi, le très cher argent des religieux. Ensuite viendront s'ajouter quelques parasites caudataires professionnels comme des vampires attirés par l'odoeur des €uro et dollars en espérant faire fortune. Pour reprendre un hadith; "les actes ne valent que par l'intention", il nous semble evident que les actes des autoproclamés religieux musulmans sont diamétralement opposés aux intentions des fidèles, ceux qui donnent pour la charité.

Les professionnels de la mendicité en islam devant les sebiles

mendiant mosquée

Comment qualifié les gens qui vivent de la charité des autres ? 
Des mendiants bien sure !
S'ils y vivent toute leur vie, cela devient un métier, et il est légitime d'ajouter l'adjectif "professionnel" ce qui se traduit par mendiant est syonyme du métier d'imam. Il ne manquera plus que le code APE, et d'ajouter un impôt sur le revenu et bien souvent de richesse.

Récapitulons !
Qui n'a pas entendu dans un prêche le mot "SADAQAT" (charité) ?
Invitant les musulmans à faire l'aumône pour les necessiteux, aussitôt suivi de la rhétorique habituelle, la récompense divine, obligation d'aider les pauvres, les indigents cequi permet une extinction de péchés etc..
Le problème est que personne n'a jamais assisté ni vu une mosquée redistribuer ce type de dons devant les fidèles.

Conclusion !
Les sadaqats sont bien déstinées à ceux qui y travaillent en la demandant du haut d'un minbar lors des prêches, notre qualificatif de mendiant professionnel n'est donc pas usurpé. Comme l'aumône est sollicité chaque vendredi et à longeur d'année, cela devient une profession, point ! D'ailleurs les religieux sont constament à la recherche de fric, demande de subventions, et autres exigences, toujours la main tendue, heureusement qu'ils n'ont aucun pouvoir politique, sinon ce serait le raquette pur et simple et par la force.

Pourquoi pensez vous qu'il n'y a pas de mendiants professionnels aux abords de la mosquée de Bordeaux et celle de Cenon ?
Par ce que les caudataires les chassent. Il est vrai que les sous fifres imamiens travaillent beaucoup le vendredi, chasseur de mendiant à l'extérieur et chasseur de charité dans la salle de prère.

Comme le vendredi à la mosquée de Cenon,  le fait de bloquer le volet roulant de la sortie, tout en laissant la petite porte sur le coté ouverte, Non, non la grande porte n'est pas en panne, mais c'est pour obliger les gens de passer devant les sebiles tendues par les caudataires, et vous ne pouvez rater le grand caudataire obséquieux équiper de son boitier carte bleue prêt à vous débiter. Le forcing à la mendicité, du jamais vu à la mosquée de Cenon... Dans le fond, les religieux islamique et leurs caudataires ne sont que des professionnels de la mendicité déguisés en imam.


Luc 12

24 Considérez les corbeaux : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n'ont ni cellier ni grenier; et Dieu les nourrit. Combien ne valez-vous pas plus que les oiseaux.

Est-il permis de faire taire les mendiants devant la mosquée

Ci dessus, question souvent posée !

Réponse :
Pourquoi les chasser ? C'est les plus innofensifs !

Il est facile de faire taire, ou même de chasser ceux qui sont à l'extérieurs et aux portes des mosquées, mais qu'en est il de ceux qui sont sur les minbars ?

Question à mille dollar.

Nous fimes l'expérience de questionner quelques musulmans sur le sujet :
Les réponses sont variées : selon que l'on soit jeunes ou vieux, femmes ou hommes.
.
Le pauvre Dom Juan
"De prier le Ciel tout le jour pour la prospérité des gens de bien qui me donnent quelque chose".

Un joli pamphlet sur la medicité professionnelle

mendiants professionnels

33 Bordeaux - France, profession imam -