Dettes en islam

Les endettés coran 9 60 - endettement en islam

Preter de l'argent à une personne dans le besoin est considérée comme une aumône, si le prêt n'a pas pour objet l'interêts usuaire, ne chercher pas ce n'est pas ecrit, mais cela va de soit. Dans un défaut de remboursement, la remise par le preteur de la réstitution de la dette est une charité. Mais tout est relatif, faut savoir à qui preter et en prenant toutes les précautions d'usage dans cet acte aussi charitable soit il. Mais ne pas faire une confiance aveugle, voire le verset ci dessous.
2/282. Ô les croyants ! Quand vous contractez une dette à échéance déterminée, mettez-la en écrit; et qu'un scribe l'écrive, entre vous, en toute justice; un scribe n'a pas à refuser d'écrire selon ce qu'Allah lui a enseigné; qu'il écrive donc, et que dicte le débiteur : qu'il craigne Allah son Seigneur, et se garde d'en rien diminuer. Si le débiteur est gaspilleur ou faible, ou incapable de dicter luimême, que son représentant dicte alors en toute justice. Faites-en témoigner par deux témoins d'entre vos hommes; et à défaut de deux hommes, un homme et deux femmes d'entre ceux que vous agréez comme témoins, en sorte que si l'une d'elles s'égare, l'autre puisse lui rappeler. Et que les témoins ne refusent pas quand ils sont appelés. Ne vous lassez pas d'écrire la dette, ainsi que son terme, qu'elle soit petite ou grande : c'est plus équitable auprès d'Allah, et plus droit pour le témoignage, et plus susceptible d'écarter les doutes. Mais s'il s'agit d'une marchandise présente que vous négociez entre vous : dans ce cas, il n'y a pas de péché à ne pas l'écrire. Mais prenez des témoins lorsque vous faites une transaction entre vous; et qu'on ne fasse aucun tort à aucun scribe ni à aucun témoin. Si vous le faisiez, cela serait une perversité en vous. Et craignez Allah. Alors Allah vous enseigne et Allah est Omniscient .

Le scribe ici, n'est autre qu'une personne assermenté et reconnu comme tel devant la loi, avocat, notaire huissier, la simple confiance n'est pas de mise, et c'est un commandement divin. Tout y est dans ce verset y compris la tutelle, la protection d'éventuelles témoins. 
C'est même un peché de ne pas ecrire, que dire des marchands de félicité célèste de la Fédération Musulmane de la Gironde quand ils prirent l'engagement verbal avec les vieux retraités des années 80 sans rien ecrire. De trafiquer les statuts initiaux de l'association, et de transferer les édiffices achetés par les musulmans de Bordeaux sous la tutelle de l'UOIF sans en avertir les vrais propriétaires.

La loi de Dieu et la loi des hommes se rejoignent ici (hormis l'affaire du témoignage, mais cela est une autre histoire), elles ne protègent pas les ignorants de la loi. Il est aussi à remarquer le verset 60 de la sourate 9 à la page dédiée à l'argent des mosquées. Qu'une partie de des aumônes est prevue pour venir en aide ux gens étranglés par la dette, hélàs détourné par les imams professionnels et leurs caudataires.

Découvrez pourquoi l'usure est interdite en Islam : la dette, l’arme du diable.
.