Islam commercial

le commerce des mosquées entreprises pour laver les âmes

L'imam professionnel est la clef de voute, le staff and line d'un système commerciale en plein essor dans des mosquées entreprises déguisées en association. Il est le public connexion par qui tout transite y compris le détournement de la charité dans les mosquées. Le mélange des genres commerce et religion, les prises d'interêts en agence hajj du pèlerinage à la Mecque. Selon la tradition musulmane, le pèlerinage laverait le musulman de tous péchés que celui-ci aurait commis pendant sa vie durant. Ce n'est pas le pèlerinage en lui même qui est une tradition, c'est le fait d'enrober le hajj (prescription divine) dans le lavage de l'âme. Un exemple de sophisme parmi beaucoup d'autres car, si le lavage de tous les pechés n'est pas évoqué, le commerce tombe à l'eau. Pour renforcer les effets de la réthorique commerciale, garantir l'absolution au pèlerin, à l’instar du curé qui viendrait absoudre le chrétien sur son lit de mort, il y va de l'argent des religieux. Que dire du waqf et autres secours islamique, des aumônes perennes, surtout de l'argent de la charité en islam et autre comme la lapidation du diable par procurateur.

vente de prestations rituelles en islam

Si les croyants s'occupaient de leur conscience au lieu de la déléguer, il n'y aurait pas commerce de la foi. Grace à cet état de fait le commerce religieux prospère allant jusqu'a faire un pèlerinage pour un mort. Celà continuera et <<Dieu ne changera rien en un peuple, s'il ne se réforme pas lui même>>. 

Autant dire que nous avons ici, affaire à une niche maraboutique islmaique du commerce économiquement très très rentable puisque net d'impôts, tant qu’il y aura des croyants. Certes les mécanismes sont complexes pour un profane, il suffit de raisonner en termes de clients, et non de croyants musulmans. Le qualificatif bien mérité d'imam caché n’est pas dû à son obédience au chiisme, ce qualificatif lui est attribué au regard de sa discrétion. Il s’agit bel et bien d’un prélat sunnite et maghrébin, il n’est pas chiite, aussi appartient il à l'organisation pontificale de notre mère maquerelle l'UOIF (Union de l'Organisation de l'Islam de France).

L'astuce consiste de faire passer les services religieux pour des actes gratuits, de trouver une rhétorique appropriée pour vendre la prestation de service absolutoire aux musulmans, et ce, par le biais de l’impératif pèlerinages à la Mecque. Toutefois, sans garantir à 100/100 l’absolution, sinon ca fait désordre et la couleuvre serait trop grosse à faire avaler, même au musulman lambda. Quoi que le paradis ne soit pas cher en cette en année 2011 à la mosquée de Boprdeaux et Cenon en Gironde, pour une somme dérisoire de 4400 €  le paradis éternel vous est presque assuré, et dans une ambiance bon enfant.

A condition toutefois de ne plus se frotter aux turpitudes, sinon c’est un autre pèlerinage qui vous attends pour un relavage des penchés nouvellement acquis (Hors tout esprit sarcastique, c’est vraiment les arguments des imams cachés ou apparents). Certains imams sont même translucides, que quelques fidèles ont tendance à y voir le paradis au travers du prélat. Satanés imams va, à prendre la Mecque pour une machine à laver les âmes, et ainsi prendre les mosquées pour des lavoirs municipaux d'antan ! Des services annexes comprennent le désenvoutement excorcisme à l'eau de zamzam pour chassez le diable avec une roqiya sur mesure.

Ces dernières préstations sont fouries sur place à Lormont Cenon Pessac Mérignac Talence Bordeaux

  • Prix déplacement = variable
  • Minute de M.Oeuvre = selon la tête du client
  • Lavage des maures morts = Forfait
  • Prière mortuaire = comprise dans le forfait
  • Service pleureuses spécialisées en option
  • Désenvoutement = dépend de la sorcellerie utilisée
  • Excorcisme = dépend du diable possesseur, sur devis, mais variable en cours de traitement.
Dans ce dernier cas, si le djinn possesseur est juif le prix est très élevé, s'il est chrétien on peut s'arranger, s'il est musulman on négocie sa sortie au moindre frais. Il n'y a aucun sarcasme dans ce que l'on dit. Ce type d'arguments sont vraiment ceux des imams charlatans en roqya.

Service envoutement, uniquement pour l'amour, discrétion assurée sur l'idendité de l'être aimé.

Afin d'assurer un bon fonctionnement de cette mécanique commerciale de rites et des services annexes, c'est d'y mettre un peut de vrai et beaucoup de faux dans la religion de l'islam.

Le vrai :
Consiste en quelques versets extraits du coran, si possible les sortir de leurs contextes, mais sans en abuser.

Le faux :
Disponible à profusion dans quelques hadiths, mais toujours attribués au prophète (saws).

Pèlerinage : commerce très lucratif en islam

La réussite pèlerine (hajj / omra) et son fonctionnement :

Il convient d’amener le fidèle, à s’acquitter du pèlerinage de préférence avec son épouse. Ce qui aura pour effet la multiplication des bonnes actions pour le fidèle (selon le prélat). Le but étant de multiplier les gains par autant de pèlerinages et en double (mari et épouse). N'oublions pas qu'il y a l’imam et ses colistiers, deux clients valent mieux qu’un. Une fois le pèlerinage terminer, au retour, il convient de revenir à la charge avec le petit pèlerinage omra.

Il est conseillé à ce que l’imam met l’accent sur le pèlerinage durant ses prêches, et d’insister sur le caractère non seulement obligatoire, mais imminent du pèlerinage, par ce que la mort et proche. Surtout à l’endroit des plus vieux, ils ont déjà un pièd dans la tombe, sans negliger les plus jeunes, pour ces derniers leur dire que la mort peut frapper à tout moment. La mort rode, autant prendre l'argent avant que tout ce beau monde trépasse. Au demeurant, l’imam ne manquera d’interpeller discrètement les fidèles, un par un, tout au long de l’année, il y va de sa boutique pèlerine à la Fédération Musulmane de la Gironde.

Ne pas hésiter de se rendre chez les fidèles, pour les caressés dans le sens du poil. 360 jours pour travailler le client potentiel à coup de hadith et de versets, ou ce dernier n'y comprend pas grand chose. Ces techniques devraient êtres incorporées dans les programmes des grandes écoles commerciales. Toujours les même mots cléfs (hajj) pèlerinage -  Mecque – Médine - Tombeau du messager – Lapider le diable. Une véritable entreprise de ressource humaine, ou le futur pèlerin doit être convoité au même titre que l’or noir. Quoi que, pour l'association des musulmans de Gironde c'est d'or bazané dont il s'agit.

Au retour le prélat offrira des petits cadeaux qu'il rapporte de la Mecque.
Le principale cadeau offert, et qui fait mouche, etant une petite fiole remplie d'eau de zamzam ramenée dans un bidons en plastique (une gorgée tout au plus), <<El baraka>> dira le representant de l'islam du commerce mecquois à Bordeaux !