Aumone perenne

La pérènnité eternelle des oeuvres de l'homme en islam

Tout ce verbiage sur les habous et autres waqf c'est du blabla au service de l'arnaque à l'encontre des musulmans déficients intellectuellement, ni Dieu ni le prophète n'ont dit une telle chose. C'est facilement démontrable à l'aide du discernement, ils suffit tout simplement de ne pas sortir les versets de leurs contextes et leur donné un autre sens juste pour se faire de l'argent. Voyons voire d'ou vient ce concept de la sadaqa jariya, voici le hadith en question :

Quand le fils d'Adam meurt, son œuvre s'arrête sauf dans trois choses :

  • Une aumône continue.
  • Une science dont les gens tirent profit.
  • Un enfant pieux qui invoque pour lui.»

Nous affirmons, que le sort de l'âme d'une personne décédée ne regarde pas les vivants.

Toutes les aumônes (tous les actes) sont par définition pérennes, à quoi bon relevé une évidence ? Sinon dans le but de faire admettre que toutes les autres sadaqats ne le sont pas, et jouer sur les mots pour faire payer les gens. Une simple réthorique pour légitimer le waqf et spolier des biens immobiliers, dont le but est de priver les personnes de l'héritage qu'il sont en droit de recevoir.

Toutefois, et pour parfaire le droit sur "le waqf" dans le but d'éxtorquer des biens légalement, il faut bien légitimer cette histoire de sadaqat jaria. Mais ce n'est qu'un artifice verbale digne de sophistes éxpérimentés. Sauf qu'il y a un os, car le coran ne va pas dans ce sens et l'apparente logique ne suffit pas.

Alors, comment faire ?
Sachant qu'une telle possibilité n'est pas prevue dans le coran ni dans le discernement de celui ci.

Si tel est le cas, voyons comment se passeront les choses dans la maison de la rétribution.
Le coran nous apprend que deux possibilité s'offrent alors aux âmes des gens.
Le paradis ou l'enfer - avec toutefois une troisième option, mais le paradis est la finalité des gens de la troisième voie.

Ouvrons la parenthèse sur la troisième voie sans nous ettendre dessus, elle fera l'objet d'une autre page :
7/46. Et entre les deux, il y aura un mur, et, sur al-Araf seront des gens qui reconnaîtront tout le monde par leurs traits caractéristiques . Et ils crieront aux gens du Paradis : “Paix sur vous ! ” Ils n'y sont pas entrés bien qu'ils le souhaitent.
Notre explication; ce verset conçerne les gens dont la balance sera equillibrer et pour d'autres raisons.
Férmons la parenthèse.

Aumônes en islam

Faire l'aumône (la charité en islam) est une prescription divine, au même titre que payer la zakat (les impôts) est une obligation impérative (décret divin). En revanche, la perennité des dons après la mort n'est qu'un jeux de mots pour extorquer de l'argent et priver d'éventuels héritiers de leurs biens immobiliers. Cette tartuferie tire sa légitimité du châtiment provisoire de la tombe, avant l'heure, jours de la résuréction, qui elle même n'est qu'une interprétation du coran dont le pivot centrale est le verset 46 / sourate 40 Ghafir, conçernant la cohorte de Pharaon.

Coran : 40/46
Le Feu, auquel ils sont exposés matin et soir. Et le jour où l'heure arrivera, «Faites entrer les gens de Pharaon au plus dur du châtiment».
Les exégèses se refèrent du début du verset pour légitimiter le châtiment provisoire : {Le Feu, ils y sont exposés, matin et après-midi} (Ghafir 40:46).
Il est aussi vrai que d'autres versets vont aussi dans le sens du châtiment de la tombe, mais extrapoler de ce verset la perennité des sadaqa et autres waqf est une histoire qui n'a pas lieu d'être car elle ne tient pas debout.

Cela n'est pas conforme aux textes coranique pour plusieurs raisons :